PROCES HABRE : UN INTERPRETE DOUTEUX, DES PLAIGNANTS PEU CONVAINCANTS

Ce lundi a été auditionné un certain Garbaye Akhaye ,cultivateur s’exprimant en arabe ,les CAE ont eu recours à un interprète tchadien qui, tout au long de ses traductions a montré de sérieuses défaillances qui n’ont pas été relevées par les juges.
Tout d ’abord, on constate un plaignant qui ne parle pas dans le micro et donc on n’est pas en mesure de vérifier ses déclarations. Si les juges des CAE ne parlent pas arabe,dans la salle de nombreux tchadiens qui assistent au procès, peuvent apprécier si la traduction est conforme aux propos tenus.
Ensuite, on a un interprète qui,lui même, ne parle pas dans le micro quand il traduit les questions en arabe pour que le plaignant réponde. Ainsi, de manière très claire, la question posée par le procureur adjoint sur l’interrogatoire fait par M Touka Haliki , l’interprète n’a pas voulu dire le nom de M Touka Haliki mais lui a demandé si de manière générale lors des interrogatoires... Alors que la question concernait un interrogatoire bien précis.
Autre chose, sur sa fiche d’audition, M Garbaye n’a pas cité Clément Abaifouta, la mascotte de Reed Brody, alors le Procureur adjoint Youssoupha Diallo a posé une question sur la fiche d’audition de Garbaye en faisant allusion à la citation de Clément Abaifouta or c ’est totalement faux . Le magistrat Diallo a t-il constaté que le plaignant n’avait pas cité lors de son audition devant les juges d Instruction,le fameux Clément et curieusement à la barre, il a rajouté le nom de Clément,certainement au cours d’un précédent briefing. Aussi le procureur adjoint Youssoupha Diallo a voulu aidé et masqué le PV d ’audition truqué.
De nombreuses mensonges de la part de M Garbaye, d’abord, on déplore l’absence d ’enquête des juges d’instruction sur l’histoire de Garba, l’absence de questions posées aux responsables de la sécurité sur ces personnes arrêtées qui se présentent toutes comme innocentes. Or, si on prétend avoir les archives de la DDS,celles ci devraient parler et expliquer les raisons de leur détention. On constate des dossiers totalement vides , avec simplement une fiche de déposition sans questions, sans aucune enquête.
M Garba est un cultivateur mais peut trés bien avoir agi contre le régime et en faveur de son groupe politico-militaire ou des libyens. Il est innocent parce qu’il le dit tout simplement. La justice des CAE est un non sens. Par la suite, il refusera d’endosser certains déclarations sur son audition, plongeant encore une fois le doute sur les PV d’auditions qui semblent avoir été retouchés. Il refusera enfin de répondre aux questions qui le dérangent, posées par les avocats d ’office. Il dira que, quand il est entré en prison, il avait 11 enfants , à sa sortie 2ans après et, il en a fait 15 !! Entre le travail de fossoyeur et de cuisinier,lequel était difficile lui demande le Procureur adjoint Youssoupha Diallo avec une pointe mélodramatique et lui tendant à l’évidence une perche. Garba lui déclara que : c’est le travail de cuisine qui a été le plus difficile pour lui ! Déception pour le parquet. Se contredisant dans ses déclarations, il expliquera d’abord qu’on tuait une vache pour la nourriture des détenus puis il dira que les gens mangeaient seulement du riz blanc,après avoir dit qu’on cuisinait aussi de la boule avec de la sauce.
Il reviendra, pour nier avoir vu une dame se faire torturer et pourtant c’était dans son PV d ’audition. Il répétera n’avoir jamais dit cela . Et pourtant,il a signé son PV d’audition, encore et toujours la question des PV d’audition dressés par des juges tchadiens sans présence d’un juge de la commission d’Instruction ou d’un officier de police judiciaire du Sénégal. Dans un procès normal, ce sont des violations des règles qui encadrent la conduite des commissions rogatoires et qui sont autant de causes de nullité. Mais nous sommes dans un procès françafricain où les mensonges ,aberrations,énormités les plus invraisemblables ,les contradictions, les faux témoignages passent comme lettre à la poste.