CHRONIQUE D’INJUSTICE, JOURS 32 : ILLEGITIMITE DES CHAMBRES, ILLEGALITE DE LA PROCEDURE, INEQUITE DU PROCES

Montages, machinations, scénario frauduleux, mises en scène, les chambres sénégalaises ne se satisfont plus d’une procédure inéquitable, d’une organisation de témoignages accusatoires fantaisistes, d’une absence de témoins à décharge….à vouloir supprimer tous les trous béants de l’instruction, toutes les faiblesses de l’accusation, la substance même du procès est devenue le centre de production d’une véritable corruption de la mission de juger, le cratère d’une entente criminelle de fabrication d’une histoire falsifiée….

Criminel !!!! Peu importe pour les magistrats des Chambres, les insultes proférées quotidiennement contre le Président Habré et les violations de la présomption d’innocence, et si les avocats des Chambres bougent, le Président Kam est là pour laisser filer ce discours, cette boue, cette lave déversée au nom du professionnalisme, de cette distance devant les insultes, dont doit faire preuve la défense…….Ginette Garbaye, la femme torturée par l’un des témoins clé de l’accusation, Bandjim Bandoum, que le Président Kam avait exfiltré vers Paris, après ses faux témoignages, avec la complicité de ses propres avocats ….son témoignage était plus important que la parole de cette « prétendue victime » qui est venue ici modifier, sur ordre, son témoignage accusatoire contre Bandoum devant les CAE !…c’est là d’ailleurs la marque de ce procès que de rendre insensible à la parole des plaignants, manipulés par les ONG, qui ont enterré, par choix politique et complicité avec Déby, l’autre moitié du Tchad….alors parlez toujours….

Monsieur Gueye, le sénégalais de l’étape révèle une vrai question qu’avait soulevé l’un des Juges de la Cour Internationale de Justice, les magouilles du forum shopping mis en œuvre par Brody et consorts, Brody scotché à la robe des avocats des parties civiles, sautillant un jour en Belgique, puis l’autre au Sénégal au gré de ses intérêts…cette question est celle de la responsabilité du Président Habré dans toute cette affaire, qu’on la qualifie de directe, de hiérarchique, ou bien encore qu’on l’examine au titre d’une entreprise commune…au-delà de considérations purement théoriques, quel acte concret, à caractère personnel, justifie une telle mise en cause…..en quoi ce petit trafiquant d’or travaillant de concert avec des militaires français impliqués dans des trafics de pierre précieuses en Centre Afrique, voyageant dans leurs avions entre la RCA et le Tchad pour mieux échapper aux contrôles (était-il en fuite ?)…arrêté dans une zone interdite d’un aéroport d’un pays en guerre, jamais torturé, puis libéré dans le cadre d’une négociation diplomatique entre les deux pays, et qui a sans succès tenté à Dakar de voir le Président Habré et son avocat pour obtenir réparation, avant de tomber, pour son plus grand intérêt, entre les mains des ONG qui voyait enfin en lui leur pseudo victime sénégalaise, comme elles avaient créé de toutes pièces leurs pseudo victimes belges, et qu’elles ont promené dans tout Dakar comme le porte étendard de leurs actions, comment cet individu peut-il se présenter devant les chambres sénégalaises pour clamer la responsabilité personnelle du Président Habré !!!!!!!!!!!!!, encore insulté en fin d’audience, par quelques crétins demeurés venus bourrer la salle d’audience à la demande de qui ??…Eh oui, nous en sommes là dans l’enceinte des CAE !

Il faut juger avant d’emprisonner clame aujourd’hui cette partie civile ! Ah oui….est-ce là l’oraison funèbres des chambres africaines, de ces magistrats sénégalais qui ont fait enlever le Président Hissein Habré de son domicile et l’ont jeté dans une prison construite spécialement pour lui avant toute enquête, avant même de se rendre au Tchad ! La construction d’une prison, comme premier acte d’enquête, pierre angulaire du procès équitable promis par Macky Sall !

Et Moudeyna déverse chaque jour de nouvelles pièces….dans un dossier qu’on cache et que Monsieur Kam refuse de débattre à l’audience, de ces pièces censées être dans le dossier, mais qui ne s’y trouvent plus….. et dont on donne depuis quelques semaines de nouvelles versions à une défense qui n’y voir aucun inconvénient…..

Voilà qu’on nous reparle aujourd’hui de Madame Claustre, de sanctions disciplinaires contre des militaires, de faits dont les chambres ne sont pas saisies….ici comme en d’autres lieux, on bourre les urnes de la justice ! Et les observateurs (avocats d’office) de ces moments invraisemblables nous « médusent » littéralement devant leurs demandes d’autorisation de retirer leurs questions gênantes…..Enfin, nous voilà….face au méchant…Déby qui sort du chapeau des avocats des Chambres…Mais Kam a la parade, car il faut préciser que le témoin qui l’accuse, Messieurs les avocats, n’a pas témoigné devant les chambres…..Non bien sûr, il a seulement témoigné pendant l’instruction….enfin au moins Kam, protégeant Déby d’un témoin qui se fait curieusement attendre à son audience, reconnaît par là même que cette instruction n’a aucune valeur…et son audience alors ?…..

Me François SERRES